Ton année 2018, l’année des premières fois.

Petite étoile, ton année 2018 a débuté durement. Janvier n’a pas été de tout repos. Tu étais encore si petite et si fragile. Une fragilité féroce du moins. Une fragilité qui contenait tant de vouloir que tu te perdais dans ce tourbillon. Un tourbillon qui nous étourdissait plus souvent qu’autrement.

Vivez l'expérience Agatha
En ligne ou en boutiques
Magasiner

Des pleurs, des cris et de l’incompréhension teintaient encore trop souvent nos petits et grands moments.

Février, lui, a été source de lumière. Nous avons commencé des traitements chiropratiques qui ont su apaiser nos craintes. Nous pouvions mettre des mots sur tes pleurs et nous pouvions travailler les failles de ton corps. Petites failles qui nous semblaient si énormes. Pourtant tu n’étais pas malade, tu n’avais rien d’incurable, mais on se sentait tellement impuissant face aux souffrances incomprises et coupables aussi.

Qu’avions-nous manqué ?

Ce fut en avril que nous nous sommes aperçus que les traitements et nos exercices commençaient réellement à te faire du bien.  Tes six mois ont fait l’effet d’un baume pour tout le monde. Tes réflexes primitifs persistants diminuaient. Tu étais un peu moins irritable, un peu plus terre à terre et surtout moins stimulée.

Nous commencions à voir le fruit de nos efforts.

Tu te tenais assise seule et devenais de plus en plus autonome, c’est ce que tu attendais, je crois. En fait, tu semblais vouloir aller à la vitesse grand V en allant au-delà de tes capacités, mais, mon cœur, ça ne fonctionne pas comme ça. Tu le sais maintenant.

L’été est arrivé et mon congé de maternité tirait à sa fin. Mai, juin et juillet ont été vent de fraîcheur sur notre famille. Tout s’est bousculé si vite, une nouvelle vie commençait à se dessiner. Déménagement, nouvelle ville, nouvelle maison et nouvelle routine. À croire que tu attendais ce changement, car dès notre toute première nuit à la maison tu as dormi. Dormi comme tu n’avais jamais dormi auparavant. Par la suite les longues et belles nuits se sont maintenues.

Un 8 mois d’attente pour la petite famille fatiguée.

Au travers toute cette nouveauté, tu as appris la marche à quatre pattes. Ta chiro était si fière de toi que j’en ai pleuré. Des larmes de joie, de soulagement et de fatigue (on va se le dire). Selon elle, tu devais absolument passer par cette étape pour que ton corps se développe bien. Pas question de se déplacer assise sur les fesses ou tout autre, non. À ce moment précis, j’ai compris que tu aimerais ce stade de développement.

Tout était à portée de main!

Maman était toujours ta priorité, mais tu pouvais te trimballer partout quand bon te semblait et enfin explorer avec tout ton corps.

Août toi, tu as été plus difficile pour moi et pour elle. Mon retour au travail, le début de la garderie, des dents, des grippes et j’en passe. J’ai été reconnaissante que tu aies existé, mais comblée quand tu t’es terminé.  

Septembre quant à lui était synonyme d’adaptation. Octobre, mois de ton premier anniversaire et novembre mois de tes premiers pas. En écrivant ces dernières lignes, je ne peux que constater que ton année 2018 fût l’année des premières fois.

Ces premières qui nous ont fait tant douter, comprendre, apprendre et évoluer. Merci mon amour de toutes ces premières fois si enrichissantes. Tu m’as fait devenir ta maman, et je ne peux qu’être reconnaissante de cette année haute en émotion et en couleur. Tes couleurs, notre couleur.

Kim C.