Trop chialeux?

La parentalité (parce que je pense que cela n’est pas juste une question de maternité) n’est certes pas une chose facile. C’est des défis constants, des ajustements et des sacrifices.

15% de rabais
UPPAbaby Vista
Voir UPPAbaby

Mais, dans les dernières années, il me semble que c’est devenu presqu’un enfer.

Presque tous les textes qu’on lit me semblent négatifs. On y parle des difficultés, des embuches, du surmenage, de dépression, de charge mentale, de jugements, de reproches et j’en oublie. Coudonc, c’est-tu vraiment ça qu’on pense du fait d’être devenus parents?

Il me semble qu’on passe d’un extrême à l’autre: on était tanné de voir une idéalisation de la maternité, mais là c’est tout juste si on castre pas le désir des futures générations de mettre au monde à leur tour de petits êtres magnifiques et remplis d’amour.

Bien sûr que c’est pas toujours évident.

Avait-on vraiment besoin de quelqu’un pour nous le dire? Puis de toute façon, quand quelqu’un nous fait part de son opinion, on monte la barricade et on s’en débarrasse le plus rapidement possible. On se sent jugé. Moi, il me semble que même si les conseils de ma grand-mère ne sont pas tous «up to date», ils n’en demeurent pas moins intéressants. Pourquoi je devrais me priver de cette vision qui pourrait, même si je ne l’applique pas toujours, me faire voir les choses autrement et m’aider à trouver une solution, même si elle diffère de celle proposée?

Pourquoi à la place de voir nos enfants comme une corvée (ou presque), on ne prend pas le taureau par les cornes en se rappelant ô combien on était excité à l’idée de devenir parents et de fonder une famille.

Quand ça va mal (oui, parce que ça arrive, puis c’est OK), ayez une pensée pour tous ceux qui n’ont pas la chance de connaître la parentalité, à tous ceux qui perdent ce qu’ils ont de plus précieux au monde parce que la vie en a décidé ainsi.

Oui, vous avez le droit d’être fatigués, de ne pas trouver ça facile, de pleurer, de crier.

Mais, c’est aussi à vous de vous relever les manches.

De réaliser que vous êtes chanceux, puis que dans la vie, y’a des hauts et des bas. De vous dire que ce n’est pas parfait, mais de constater toute la chance que vous avez chaque jour d’avoir de petits êtres qui vous aiment sans limites et inconditionnellement. Vous et seulement vous pouvez changer la vision que vous avez de votre vie, des vos attentes.

Mes enfants, je ne le démontre pas toujours, mais je vous aime et je ne regrette rien.

Patricia L-C