Un peu de stabilité à la garderie, svp?

Est-ce que c’est normal? Est-ce que c’est normal que la stabilité semble une option à la garderie?

Ma grande de 3 ans est chanceuse. Elle a la même éducatrice depuis qu’elle a changé de groupe en septembre dernier (avant ça, par contre, ouf! 4 éducatrices différentes d’octobre à août…)

Mais ma minie de 13 mois n’a pas la même chance. Elle a commencé la garderie en mars. Elle a fait son intégration avec une éducatrice plutôt âgée, qui parlait à moitié le français, et qui avait de la difficulté à marcher (et donc qui laissait mon bébé dans une sauteuse beaucoup trop souvent…).

Je ne suis pas du genre à faire de la discrimination; je comprends que c’est parfois plus facile ainsi. Mais quand on parle de mon bébé, je suis exigeante (ce qui est normal, non?).

Environ 3 semaines après l’intégration de ma cocotte, deux jeunes éducatrices (également mamans) ont pris le groupe des poupons.

Gros soulagement. Ma minie était heureuse. Ses éducatrices la stimulaient, la berçaient au dodo si elle en avait besoin, et la cajolaient comme si elle était leur enfant.

Enfin, j’étais rassurée.

Mais surprise. À peine 2 mois et demi plus tard, elles sont parties.

J’ai eu vent de l’atmosphère qui régnait entre les éducatrices des différents groupes. Pire que des chicanes entre enfants…

Au passage, on m’a aussi dit que ces deux incroyables éducatrices avaient eu des comportements inacceptables. Je n’arrivais pas à y croire.

Elles étaient merveilleuses avec mon bébé. Ma petite fille leur tendait les bras le matin. Elle leur faisait d’énormes câlins.

Mais qu’est-ce que je pouvais y faire?

Alors, de retour à la case départ. C’est l’éducatrice de l’intégration qui a repris la pouponnière (à mon grand désespoir…).

Ma fille ne semble pas malheureuse. Et maintenant qu’elle commence à marcher tranquillement avec de l’aide, la sauteuse est chose du passé.

Mais quand même. Mon cœur de maman n’est pas rassuré.

Je veux juste que mes filles aient une stabilité. Qu’elles se sentent sécurisées. Réconfortées.

Je ne peux pas empêcher le roulement d’éducatrices. C’est une réalité partout.

Mais ça me décourage. Et ça me fâche. Je leur confie ce que j’ai de plus cher. Dans une journée, elles passent plus de temps ou presque avec mes filles que moi. Tout ce que j’aimerais, c’est avoir l’esprit tranquille…

Si seulement. Si seulement je pouvais garder mes cocottes à la maison et ne pas les envoyer à la garderie.

Mais je ne peux pas.

Et ce n’est pas comme si j’avais la possibilité de choisir une autre garderie en ce moment…

 

S.Karlett

Envie de partager votre lecture?

Share on facebook
Share on email
Share on pinterest
S. Karlett

À propos de l'autrice

S. Karlett

Créativité. Bonheur. Amour. Voilà l’essence de sa vie en tant que maman d’une adorable petite fille de 2 ans et d’une autre cocotte à venir très très bientôt. Jeune femme plutôt réservée, émotive (parfois un peu trop…) et très positive, elle adore se lancer dans mille et un projets qui font appel à son imagination!

À découvrir

Devenir parent

Présente! …vraiment?

Je joue avec mon petit. J’empile des blocs. Je pense à la brassée de lavage que je dois mettre dans la sécheuse. Ma tour s’effondre. Bébé se trouve fort amusé de cet écroulement, mais moi, je sais qu’avec un peu plus de concentration, la tour aurait pu être beaucoup plus haute…   Ti-Loup regarde sa […]


Jessica Desrochers13 septembre 2022
Devenir parent

La vie, c’est beau.

La vie a mis sur mon chemin plusieurs défis.   Bien que je me considère somme toute chanceuse, la maladie, la perte de mon papa et d’autres embûches sont parfois venues mettre un nuage gris (noir) au-dessus de nos têtes.   J’ai toujours tenté d’en ressortir le plus de positif possible, de ne pas sombrer […]


Marjorie C-H.31 août 2022

Vivez l’expérience

En ligne et en boutique

Les plus consultés