Voir le positif

Après plusieurs mois à la maison avec 2 jeunes enfants (parfois 4 avec les ados de mon conjoint) en date d’aujourd’hui, je peux dire que tout va bien. Il était finalement vrai que tout allait finir par bien aller. Les deux premières semaines étaient comme des vacances ensuite, on vivait une journée à la fois, sans avoir de date de retour à la vie «normale». Nous avons mis nos vies sur pause un vendredi de mars; pause d’école pour les plus vieux, pause de garderie pour mon plus jeune et pause de travail pour moi. Sans savoir à ce moment-là que c’était la fin de l’année scolaire…

Le plus difficile dans toute cette situation aura été de ne plus voir nos familles. Expliquer à ses enfants que nous ne pouvons plus aller visiter mamy et papy pour une période indéterminée, c’est juste crève-cœur. Oui heureusement Facetime et le téléphone existent, mais quand tes enfants réclament leur présence physique parce qu’ils veulent juste leur faire un câlin.

Vivez l'expérience Agatha
En ligne ou en boutiques
Magasiner

Je crois qu’on va tous ressortir changés de cette pandémie.

En tout cas, moi je ne verrai plus rien de la même façon. Disons que devenir professeure, éducatrice, animatrice de camp de jour, femme de ménage, comptable, cuisinière… du jour au lendemain en plus du rôle de maman, ce n’est pas évident.

Maintenant on va apprécier chaque métier à sa juste valeur!

Durant cette pause j’ai réalisé à quel point le temps nous file entre les doigts et que nos enfants grandissent BEAUCOUP trop vite. Dans le fond, je suis chanceuse j’ai gagné à la loterie du temps. Des moments à juste les regarder grandir et découvrir la vie.

La dynamique familiale a tellement changé depuis ce fameux Covid-19 et pour le mieux.

Les ados s’impliquent davantage avec les plus jeunes et avec les tâches à faire également. Nous savons que c’est temporaire, que bientôt nos vies reprendront «presque» leur cours normal, mais pour le moment nous profitons simplement de ces doux moments ensemble.

Et vous comment ça va?

Marie-France M.